Publicité

à LA UNE

ENTREPRISE
Animaux domestiques: un business qui frétille
 
COMMERCE
Le serial entrepreneur romand qui a conquis la Chine
MEDECINE
Hommes et femmes inégaux face à la maladie
 
ELEVAGE
Les enjeux du showbiz bovin
SCIENCE
En quête de l’immortalité
 
SANTE
Un impôt sur les calories

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
INNOVATION
Comment Airbnb, Netflix et Uber bousculent le marché romand
 2
DECODAGE
Vrai ou faux? Les idées reçues sur la santé
3
MEDIAS
Radio Meuh, la petite webradio savoyarde au sommet
 4
SUISSE
La Suisse qui bêle
5
LOGISTIQUE
Amazon et les défis du e-commerce
 6
VACANCES
Les cartes postales, c’est pas ringard

Réseaux sociaux
 

TECHNOPHILE

Commenter  Imprimer  Envoyer
paradeDIMANCHE 25 AVRIL 1999
Comment surfer caché
Les internautes laissent des traces sur le réseau. Quelques méthodes simples permettent pourtant de naviguer sans se faire remarquer.
Par Gabriel Sigrist

Il faut se méfier d’internet. A chaque fois qu’un usager se branche sur le réseau, un numéro d’identification (on parle d’adresse IP) est attribué à sa machine par le fournisseur d’accès. Ce numéro, différent à chaque connexion, s’associe aux pages visitées par l’internaute.

Grâce aux adresses IP, les responsables de sites peuvent déterminer le nom du fournisseur d’accès et le pays de provenance de chaque visiteur, mais pas son identité: seul le fournisseur d’accès possède la table qui associe les noms aux adresses IP. Il peut donc reconstituer précisément le parcours de ses abonnés sur le Net, de la même manière que le responsable d’un réseau d’entreprise.

En cas d’activité illégale sur internet, la police doit en premier lieu déterminer l’adresse IP du criminel. Ensuite, elle doit consulter la table du fournisseur d’accès pour déterminer quel abonné était associé à cette adresse IP à l’heure du délit.

L’arrivée des abonnements gratuits au réseau rend la tâche des autorités encore plus complexe. Le service n’étant pas facturé, le fournisseur n’a plus besoin d’attribuer un nom d’identification unique à chaque abonné. L’opérateur suisse Sunrise, par exemple, donne le même nom générique et le même mot de passe à l’ensemble des membres de son service Free Surf*.

Si l’internaute vole l’identité de son voisin, de son ennemi ou de n’importe qui d’autre, le seul moyen pour la police de le démasquer consiste alors à retrouver le numéro de téléphone de l’appelant. Les fournisseurs d’accès n’ont cependant pas reçu d’instruction leur demandant de stocker systématiquement ces numéros. Il est curieux que la police fédérale suisse, qui s’est montrée si vigilante dans la localisation et l’identification des abonnés au Natel easy, ne se soit pas encore prononcée à ce sujet.

Pour se protéger facilement contre le fichage systématiques des activités sur internet, il existe l’antidote Anonymizer (www.anonymizer.com). Il s’agit d’un site qui permet à l’internaute d’utiliser une passerelle qui lui évitera de transmettre son adresse IP. Anonymizer permet ainsi de consulter des sites sans que leurs responsables ne puissent déterminer la provenance de ces visites. Mais le fournisseur d’accès, lui, pourra toujours connaître le parcours de ses abonnés.

Dans les entreprises, il faut partir du principe que le responsable informatique peut lire les e-mails des employés. Et rester prudent. Une adresse électronique consultable depuis le Web, comme Hotmail, rendra la tâche du curieux plus difficile.

*N’importe quel abonné Sunrise peut se brancher avec le login “sunrise” et le mot de passe “freesurf” sur le numéro (10707) XXX 555.00.65 (XXX est l’indicatif de sa région).



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2014 Largeur.com, toute reproduction interdite