Publicité

à LA UNE

HORLOGERIE
Geak, la smartwatch made in China
 
STRATEGIE
L'attaque des clones
SANTE
Tout sur l'intestin
 
SUISSE
Ecopop: la corde pour se pendre
EDUCATION
Comment Shanghai produit les meilleurs élèves du monde
 
ENTREPRISES
Transformer les déchets en or

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
SANTE
Rides frontales, Botox et dépression
 2
SCIENCE
Une caméra qui voit tout
3
SCIENCE
Voir plus petit que la lumière
 4
RETRAITES
Révolution 2.0 dans les EMS romands
5
ENTREPRISE
Les e-cigarettes carburent à la nicotine suisse
 6
TERRORISME
La patrie en danger? Faut voir…

Réseaux sociaux
 

GLOCAL

Commenter  Imprimer  Envoyer
suisseJEUDI 13 DÉCEMBRE 2012
L’obsolète prétention du militaire à incarner le pays
L’initiative du GSsA sur la fin de l’obligation de servir fait ressurgir des arguments d’un autre âge. Qui peut croire encore que la citoyenneté est au bout du fusil d’assault?
Par Nicolas Martin

Ce n’est évidemment pas une bombe. Par 121 voix contre 56, le Conseil national, après le Conseil fédéral, a largement balayé l’initiative du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA). Laquelle, comme on sait, propose l’abandon du service militaire obligatoire, tout en créant un service civil volontaire ouvert à chacun. C’est la troisième tentative du GSsA de lézarder la sainte institution de l’armée de milice, les deux premières salves ayant été sèchement transformées en pétards mouillés par le peuple en 1989 et 2001.

Rien de bien nouveau donc. Sauf que les arguments des amoureux du vert de gris ont spectaculairement vieilli, au point d’apparaître si pas ridicules, du moins d’une outrecuidance qui sent de plus en plus fort sa vieille baderne. On veut parler surtout du fond de l’argumentation, de ce vieux principe inattaquable et essentialiste: que le citoyen suisse naitrait soldat, que servir dans l’armée serait une affaire de culture et d’identité, qu’attaquer donc l’armée, ce serait attaquer la nature même, la chair profonde du pays.

Sauf qu’une telle vision date d’une époque où l’on admettait volontiers l’existence de plusieurs sortes de citoyens, de sous-citoyens à côté des vrais et qui avaient pour droit principal celui de se taire. Les femmes par exemple. C’est d’ailleurs cet argument que le Conseil fédéral utilise en 1957 contre le vote des femmes: la citoyenneté étant inséparable de l’obligation de servir, qui n’est pas soldat ne vote pas, circulez mesdames.

Ressasser aujourd’hui l’antienne que le service militaire ferait le citoyen, c’est proférer cette vilenie: que les femmes, les mal portants, les fragiles psychologiquement ou, au contraire, les petits malins — de plus en plus nombreux à échapper à la conscription, et encouragés désormais en cela par le monde du travail — seraient des citoyens au rabais et de mauvais suisses.

Une grande partie de la classe politique continue pourtant tranquillement de camper sur cette pauvre position. Et cela au cœur d’une Europe où déjà 23 pays ont rangé le service militaire obligatoire sur le rayon de vieilleries aussi datées que les guerres napoléoniennes.

Ainsi le PDC fribourgeois Dominique de Buman qualifie-t-il l’initiative du GSsA de «sournoise» et ses initiants d’«ennemis intérieurs» n’ayant qu’un but, qu’une obsession, qu’une malveillance: «affaiblir l’identité commune de la Suisse». Du même parti, le néophyte valaisan Yannick Buttet serine allégrement de vieux discours dignes de la mob ou de la guerre froide: «Supprimer le service obligatoire, c’est supprimer la cohésion nationale et sociale.» Et sans doute ouvrir la porte à la cinquième colonne et aux chars soviétiques.

Tout cela date d’autant plus que, comme l’a expliqué l’historien Joseph Lang dans Le Temps, l’armée de milice et l’obligation de servir pourrait bien relever de la plus haute mythologie, patiemment construite puis ânonnée. Ainsi, lors du pacte de 1815 l’appétit de l’autorité pour la viande à canons restait encore fort modeste: «Un contingent de troupe sera formé des hommes habiles au service militaire dans chaque canton, dans la proportion de deux soldats sur cent âmes.»

Dans les années 1830, écrit encore Lang, la proportion d’hommes en armes «fut élevée à 4,5% de la population — en théorie du moins, car ce nombre ne fut jamais atteint en pratique.» Des miliciens alors qui n’étaient pas plus nombreux que les 20′000 suisses mercenaires à l’étranger. La Constitution de 1848 ne «changea pas grand-chose à la faiblesse quantitative et qualitative de l’armée suisse». La proportion d’hommes astreints aux obligations militaires et effectuant leur service «ne dépassait pas 20%» et jusqu’à la révision totale de la Constitution en 1874, elle resta «nettement en dessous de 40%».

C’est seulement avec la centralisation des forces armées en 1907 «que le nombre de militaires augmenta, jusqu’à représenter 60% des jeunes hommes à la veille de la Première Guerre mondiale». Ce n’est qu’à ce moment là que «prend forme le mythe qui lie obligations militaires et citoyenneté».

Avec aujourd’hui guère plus de 40% des jeunes qui se retrouvent incorporés, on quitte le mythe pour carrément le mensonge. Pour la grossière prétention d’une minorité d’incarner à elle seule le pays.

A tout honnête homme, la citoyenneté suisse devrait apparaitre aujourd’hui compatible aussi avec le militarisme obtus que l’antimilitarisme béat pour ne pas dire bêlant. S’agissant des ennemis intérieurs, c’est un autre vieux principe, très en vogue jadis dans les cours d’école, qui pourrait s’appliquer: c’est celui qui dit qui est.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2014 Largeur.com, toute reproduction interdite