Publicité

à LA UNE

SUISSE
La civilisation de l'ironie
 
REPORTAGE
Quand des caricaturistes suisses redonnent le sourire à des réfugiés
RECHERCHE
Une nouvelle révolution génétique
 
SCIENCES
Carence d’«Eurêka» au féminin
SUISSE
Pour vingt balles, t’as rien
 
SOCIETE
Toxicodépendance parentale: les enfants s’en sortent rarement indemnes

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
INNOVATION
L’exode des start-up européennes
 2
SECURITE
A l’hôpital, les virus peuvent aussi être informatiques
3
SPORT
La start-up vaudoise qui s’invite sur les terrains de la NBA
 4
SUISSE
Le Rubicon, c’est tout con
5
SUISSE
La démocratie barbe à papa
 6
INNOVATION
L’éclairage public en transition

Réseaux sociaux
 

TECHNOPHILE

Commenter  Imprimer  Envoyer
internetLUNDI 16 SEPTEMBRE 2013
Streaming musical: quelle plateforme choisir?
Le magasin de musique en ligne Napster est depuis peu accessible en Suisse. Il s’ajoute aux nombreux services déjà disponibles, comme Deezer ou Spotify. Comparatif.
Par Benjamin Keller

Longtemps délaissés en matière de streaming musical, les Suisses ont désormais l’embarras du choix. Les magasins de musique en ligne — qui donnent accès, par abonnement, à la lecture de dizaines de millions de titres sur ordinateur, tablette ou smartphone — sont toujours plus nombreux à être accessibles dans le pays. Dernier arrivé: Napster, ancien site de peer to peer fermé en 2001 et reconverti dans l’écoute légale. Comme les autres plateformes, le ressuscité américain entend bousculer l’hégémonie du géant suédois Spotify. Tour d’horizon des principales offres.

iTube, le catalogue YouTube

iTube, c’est l’application qui cartonne auprès des adolescents. Elle puise son contenu sur YouTube pour le stocker en favoris sur les appareils compatibles. Comme pour les autres plateformes de streaming musical, on peut créer des playlists et lire la musique en background (sauf sur Windows Phone). L’application souffre de plusieurs défauts, à commencer par une qualité audio dépendante des vidéos téléchargées sur YouTube. Les utilisateurs se plaignent en outre de bugs fréquents. iTube est disponible gratuitement sur iOS et Android et pour une bouchée de pain sur Windows Store.

Deezer, la mauvaise copie

Alignée sur Spotify, la plateforme française, qui compte 4 millions de membres payants, est en perte de vitesse, selon Guillaume Letoupin, spécialiste audio pour le site français Les Numériques: «En ce moment, ils rament. Pour donner un exemple: les billets que l’on publie à propos de Deezer totalisent deux fois moins de vues que ceux consacrés à Spotify.» La faute, notamment, à une interface moins bien pensée. Les options d’abonnement sont les mêmes que pour Spotify.

Xbox Music, le modèle d’avenir

Lancé à la fin de l’année passée, le service Xbox Music de streaming musical de Microsoft donne accès aux utilisateurs de Windows sur PC, tablette, smartphone ou de Xbox 360 à un catalogue de 18 millions de titres, intégrés à leur bibliothèque musicale existante. Le prix est identique aux offres concurrentes. «C’est l’avenir, avance Guillaume Letoupin, des Numériques. Il n’y a plus besoin de passer par Spotify ou les autres plateformes.» Google a lancé un service similaire en mai, pas encore accessible en Suisse, et Apple a annoncé son iTunes Radio pour l’automne.

Spotify, la valeur sûre

Avec 6 millions de membres payants, Spotify domine le marché du streaming musical. La taille de sa communauté, la richesse de son catalogue, la qualité audio des titres (160 kbps pour l’offre de base et 320 kbps en mode premium) et l’efficacité de ses applications font le succès du service suédois. L’offre Unlimited à 6 fr. 45 par mois donne l’accès illimité à 20 millions de morceaux sur son ordinateur, mais pas sur son mobile. Pour 12 fr. 95 par mois, l’offre premium donne un accès illimité sur tous les terminaux et la possibilité d’écouter une sélection de 3333 chansons hors ligne. Un abonnement gratuit (avec interruptions publicitaires) permet dix heures d’écoute par mois, sur ordinateur uniquement. Point faible: un logiciel est nécessaire pour utiliser Spotify sur PC.

Qobuz, la qualité CD

Discrète, la plateforme française Qobuz possède pourtant un avantage de taille sur ses concurrents: une qualité audio des morceaux équivalant à celle des CD (format lossless). Compter 29 euros/mois pour en profiter sur l’ensemble du catalogue (13 millions de titres). «Pour l’écoute mobile en streaming, il est conseillé d’être connecté au wi-fi ou à la 4G», précise Olivier Lalane, porte-parole. La qualité finale dépend aussi du matériel utilisé. Une formule de base à 9,99 euros par mois existe, avec une qualité qui plafonne à 320 kbps. Comme pour Napster, une application pour Windows Phone est en préparation.

Napster, le nouveau venu

Disponible en Suisse depuis juin, Napster se démarque par une interface soignée et intuitive, ainsi que par une section dédiée à l’actualité musicale. La plateforme propose le même type d’abonnement que Spotify, mais sans formule gratuite. Son catalogue compte aussi 20 millions de titres. Leur qualité audio ne dépasse cependant pas 192 kbps. Autre défaut: l’absence d’une application pour Windows Phone. Contacté, le service clientèle de Napster en promet une pour «très bientôt».

Grooveshark, la carte du gratuit

Trublion du streaming musical, la plateforme Grooveshark, plusieurs fois attaquée en justice pour violation des droits d’auteur (les titres proviennent des utilisateurs), est la seule qui permette l’écoute gratuite et illimitée. Le service américain est financé par la publicité, qu’un abonnement à 9 dollars permet de supprimer, en plus de donner accès aux applications mobiles iOS et Android. Inconvénients: une qualité audio aléatoire et des applications peu abouties.
_______

Une version de cet article est parue dans L’Hebdo.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite