Publicité

à LA UNE

INNOVATION
L’Europe, berceau de l’intelligence artificielle
 
ENTREPRISE
Les PME méconnues du négoce
SUISSE
Sans peur, mais avec reproche
 
SCIENCES
L’alimentation sous la loupe des chercheurs
MARKETING
Tourisme: engouement pour les étoiles
 
INNOVATION
Medtech et biotech résistent au franc fort

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
PRESSE
Les leçons du Washington Post
 2
SANTE
Des parents de plus en plus épuisés
3
SUISSE
Se débarrasser d'Oskar, ou la quadrature du cercle
 4
ZOOM
Start-up, la méthode russe
5
ENTREPRISE
Ces Français qui choisissent la Suisse pour lancer leur société
 6
DURABILITE
Le marché florissant des aliments périmés

Réseaux sociaux
 

KAPITAL

Commenter  Imprimer  Envoyer
energieLUNDI 14 OCTOBRE 2013
SwissInso, l’entreprise qui colore les panneaux solaires
Cotée au Nasdaq, la petite société lausannoise a développé une technologie pour donner des couleurs au photovoltaïque, afin de le rendre plus attrayant. Portrait.
Par Daniel Saraga

Elégante, l’énergie solaire? Rarement, avec ses panneaux encombrants à la couleur insipide. Mais l’entreprise lausannoise SwissInso veut démontrer le contraire. Grâce à une technique qui permet de colorer les panneaux solaires photovoltaïques et thermiques, la jeune pousse cotée au Nasdaq espère convaincre particuliers et entreprises que l’énergie solaire peut constituer un choix architectural esthétique. Ses panneaux «Kromatix» sont plus pimpants ou, à choix, plus discrets que le bleu un peu terne des modules habituels.

Surtout, les pertes d’efficacité dues à la couleur sont minimes (de 1 à 3% en valeur relative) et génèrent des surcoûts raisonnables (de 4 à 18%). «Notre technologie permet d’offrir une large gamme de couleurs qui va du bleu à l’ocre, en passant par le vert et le jaune, explique Rafic Hanbali, CEO de la société. Elle crée de nouvelles possibilités architecturales, autant pour les toits de maisons individuelles que pour les façades d’immeubles commerciaux.»

SwissInso ne produit pas les panneaux mais s’associe à des fabricants qui peuvent mettre en œuvre sa technologie. «Nous sommes avant tout une entreprise de R&D, relève Rafic Hanbali. Notre objectif est de mettre en place des systèmes de licences ou de créer des joint-ventures avec des producteurs et des façadiers.» Avec cette stratégie, la société évite de devoir engager de lourds investissements pour installer une ligne de production, et se protège des prix extrêmement bas qui ont décimé l’industrie solaire au cours des trois dernières années. «Le niveau des prix ne nous affecte qu’indirectement: la part du coût liée à la colorisation augmente si le prix du module baisse, mais cela reste très raisonnable», souligne Rafic Hanbali.

Equilibre financier en vue

Les premiers contrats ont été signés au printemps 2013: la façade d’un bâtiment de bureaux à Collombey (VS), un immeuble à Lausanne, une maison de démonstration à Londres et un bâtiment à l’EPFL. Les revenus sont attendus pour l’automne 2013 et l’équilibre financier pourrait être atteint en 2014 — une bonne nouvelle pour cette société qui n’avait jusqu’ici rien vendu depuis sa création en 2006. SwissInso avait commencé par développer un système solaire de purification d’eau. Mais l’appareil n’avait pas trouvé preneur. «Il manquait clairement une stratégie commerciale lorsque j’ai rejoint SwissInso en 2012», commente Rafic Hanbali.

Pour Henning Wicht, responsable du marché du solaire chez IHS, un consultant en information et données techniques, le projet commercial n’est pas encore gagné. «L’écroulement des marges dans le secteur a refroidi les investisseurs. Pour être convaincu du modèle économique, il me faudrait voir un signe fort, comme un partenariat avec un géant de la construction qui puisse assurer du volume, tel un Bouygues en France. Et des modules colorés ne constituent pas une offre entièrement unique. La compagnie allemande Sunways en produisait également et a arrêté depuis en raison du faible volume écoulé. Mais le timing de SwissInso s’avérera peut-être plus favorable. Ce marché de niche est en croissance.»
_______

SwissInso, une histoire mouvementée

08 juin 2006
L’homme d’affaires Michel Gruering fonde SwissInso pour commercialiser un système de purification et
de désalinisation de l’eau.

20 novembre 2009
SwissInso entre au Nasdaq pour lever des fonds en se faisant racheter par Pashmina Depot, une obscure société de vente en ligne de vêtements. L’action monte à 2 dollars; la valeur boursière atteint 100 millions de dollars.

Avril 2010
SwissInso présente son container de purification d’eau «Krystall».

15 novembre 2010
Une vente importante d’actions fait plonger leur valeur de 40%. Elle se stabilisera par la suite à 5 cents.

18 novembre 2010
Le financier canadien Myron Gushlak, qui possède entre autres Pashmina Depot, est condamné à six ans de prison pour manipulation de titres boursiers — un déboire qui n’affecte aujourd’hui plus SwissInso, selon son directeur actuel.

11 janvier 2011
La société annonce un contrat malaisien pour «Krystall». Il ne se concrétisera pas.

Janvier 2012
Rafic Hanbali reprend la direction de SwissInso.

15 mai 2013
SwissInso présente ses panneaux solaires colorés «Kromatix» et annonce les premiers contrats.
_______

Une version de cet article est parue dans Swissquote Magazine (no 4 / 2013).



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite