Publicité

à LA UNE

SCIENCES
L’alimentation sous la loupe des chercheurs
 
MARKETING
Tourisme: engouement pour les étoiles
INNOVATION
Medtech et biotech résistent au franc fort
 
ENTREPRISE
Passer en société anonyme, indispensable pour les investisseurs
SUISSE
Le syndrome de l’arrosoir
 
SANTE
«Les gens devraient faire confiance à leur téléphone»

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
PRESSE
Les leçons du Washington Post
 2
INTERVIEW
«On attend désormais de la médecine qu’elle éloigne la mort»
3
ZOOM
Start-up, la méthode russe
 4
SUISSE
Se débarrasser d'Oskar, ou la quadrature du cercle
5
SUISSE
Donald Trump et les clandestins genevois
 6
SANTE
Des parents de plus en plus épuisés

Réseaux sociaux
 

TECHNOPHILE

Commenter  Imprimer  Envoyer
medicalJEUDI 29 AVRIL 1999
Le téléphone portable mauvais pour la santé
L'ordonnance fédérale en consultation jusqu'au 15 mai 1999 ne réglemente pas les téléphones cellulaires. Selon certains scientifiques, ils peuvent pourtant provoquer le cancer.
Par Gabriel Sigrist

Tout appareil électrique émet des rayonnements électromagnétiques, un aspirateur autant qu’une télévision. L’impact sur l’homme de ces émissions, baptisées «smog électrique» par les scientifiques, dépend de la puissance de l’appareil et de la distance de la source. Ces radiations provoquent l’échauffement des tissus, un peu comme un four à micro-ondes.

Le téléphone portable, qui fonctionne avec des batteries, dispose d’une puissance extrêmement faible (2 Watts) par rapport à celle d’un émetteur de télévision. Le problème, c’est que les mobiles se tiennent très proche de la tête pendant des durées souvent longues. Certains chercheurs, notamment australiens, avancent que l’exposition prolongée à de tels émetteurs à haute fréquence - même si leur puissance reste faible - peut engendrer des tumeurs cérébrales.

L’ordonnance fédérale, pourtant très stricte pour les radiations à haute puissance (antennes, lignes à haute tension), n’évoque pas de seuil minimal de radiations pour les appareils à basse tension comme les téléphones cellulaires. «Ce sont des marchandises internationales, explique Jürg Baumann, adjoint scientifique à l’Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage. Il serait donc absurde de créer une norme différente uniquement pour la Suisse. D’autant qu’une réglementation internationale est en préparation.»

Pour ne pas faire cavalier seul en Europe, l’Office fédéral compte ainsi sur la sagesse des consommateurs, qui choisiront «logiquement» les appareils les moins dangereux. L’évolution technologique va dans ce sens puisque les téléphones récents émettent beaucoup moins de radiation. De plus, les constructeurs travaillent sur des antennes orientées qui n’émettent que dans la direction opposée à la tête. Moins dangereuses, ces antennes sont plus performantes: l’énergie de la batterie n’est pas utilisée pour chauffer la cervelle et l’autonomie s’en trouve améliorée.

L’intensité des radiations diminue très rapidement avec la distance. Si l’antenne est placée à quelques centimètres de la tête, elle devient presque nulle. Un bon moyen de se protéger du smog électrique des téléphones portables consiste à utiliser un écouteur «mains libres» à fil, disponible pour tous les types d’appareils. On préférera aussi les appareils avec une antenne intégrée dans le boitier ou orientable (pour la déployer loin de la tête). Les magazines de consommateurs livrent généralement le taux de radiation de chaque appareil testé. Il suffit de choisir celui qui affiche la plus faible.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite