Publicité

à LA UNE

RECHERCHE
Une nouvelle révolution génétique
 
SCIENCES
Carence d’«Eurêka» au féminin
SUISSE
Pour vingt balles, t’as rien
 
SOCIETE
Toxicodépendance parentale: les enfants s’en sortent rarement indemnes
TRAVAIL
Les chefs d’entreprise face aux revendications religieuses
 
DESIGN
L’entreprise qui donne vie aux robots

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
INNOVATION
L’exode des start-up européennes
 2
PUBLICITE
La tentation du marketing honnête
3
SANTE
Alzheimer: le casse-tête des chercheurs
 4
SECURITE
A l’hôpital, les virus peuvent aussi être informatiques
5
SPORT
La start-up vaudoise qui s’invite sur les terrains de la NBA
 6
DESIGN
Le bois entre dans l’ère technologique

Réseaux sociaux
 

LATITUDES

Commenter  Imprimer  Envoyer
tendanceLUNDI 14 SEPTEMBRE 2015
Ces Suisses qui révolutionnent le tatouage Malabar
Il a été le phénomène de l’été. Lancé par un ex-banquier genevois, le concept de tatouages éphémères Tattyoo concurrence celui d’une designer appenzelloise exilée à New York.
Par Céline Bilardo

À la plage, en soirée, ou sur les podiums des plus grands défilés, le tatouage éphémère est devenu l’accessoire de rigueur. «Il se porte aujourd’hui comme un vrai bijou, remarque Mélanie Blanc, journaliste et responsable de la rubrique lifestyle de «L’illustré». Il s’adresse aux jeunes femmes, avec une choix infini, et des formes parfois très graphiques.» Le phénomène, observé d’abord sur internet, a pris de l’ampleur en Suisse romande cette année. Il a atteint les grandes surfaces telles que Globus ou Manor depuis le mois de juin.

Ce regain d’intérêt pour la décalcomanie, Xavier Grousson, directeur de la marque neuchâteloise Tattyoo, ne l’avait pas du tout anticipé quand il a démarré sa petite entreprise en juillet 2012. Ancien cadre chez Lombard Odier, le Genevois a tout quitté en 2008 pour se lancer dans des projets culturels et artistiques. «Tattyoo est né d’une plaisanterie avec une collègue, explique l’entrepreneur. Je travaillais à ce moment-là pour une boîte de design et j’avais vu passer des autocollants sur mon bureau. Un soir, en rigolant, nous élaborons un business plan sur une serviette en papier… et finalement, nous nous sommes dit: pourquoi pas?» Tattyoo.com est lancé quelques mois plus tard en e-commerce. Les commandes affluent en quelques jours.

Plus beaux et moins toxiques

D’abord limité aux enfants avec six modèles, le phénomène s’étend rapidement aux jeunes adultes. Xavier Grousson propose aujourd’hui plus d’une centaine de motifs, créés en collaboration avec 80 illustrateurs. Vendues 6 euros la paire, les impressions s’appliquent sur la peau à l’aide d’une éponge et tiennent entre trois et cinq jours. On est loin du simple décalque Malabar des préaux d’école. «Le succès de Tattyoo tient certainement à nos premiers partenariats. Nous avons par exemple travaillé avec l’illustratrice suédoise de livres pour enfants Ingela P. Arrhenius et avec le blog de mariage ‘Un beau jour’ qui nous a permis de nous positionner sur le marché français.» Du motif arc-en-ciel au dessin de pirates, Tattyoo s’est ainsi diversifié avec des créations dorées ou argentées destinées aux jeunes femmes. «Il s’agit de proposer des modèles de tatouages plus beaux et moins toxiques pour la peau que ces tatouages pour enfants qui étaient inclus dans emballages de chewing-gum.»

Dans les boutiques de luxe

Le Genevois de 40 ans, établi à Neuchâtel, tire ses revenus de la distribution en magasins et foires spécialisées, la vente en ligne et les tatouages sur mesure réalisés pour des soirées d’entreprises ou des événements, tels que le Montreux Jazz Festival. Cet amateur d’art privilégie les grands illustrateurs comme les talents en devenir. «Le tatouage éphémère est un support original pour créer. Il offre de nouvelles opportunités aux graphistes qui se lancent.»

En trois ans, la marque Tattyoo a développé son réseau dans plus de 600 magasins et 40 pays. Elle s’arrache aujourd’hui jusqu’en Asie. Xavier Grousson, qui travaille seul avec plusieurs freelances, remarque toutefois l’arrivée de centaines de concurrents sur le marché des tatouages éphémères. «Le nombre de sites spécialisés est incroyable. En 2012, à ma connaissance, il n’y avait que Bernard Forever en France et Tattly aux Etats-Unis.»

C’est d’ailleurs une Suissesse qui est à l’origine de la marque américaine Tattly. Installée à Brooklyn depuis 1999, Tina Roth Eisenberg s’est d’abord fait connaître à travers son blog «Swiss Miss». La jeune graphiste appenzelloise (Rhodes-extérieures) a alors lancé sa société de tatouages éphémères en juillet 2011, qui a vite pris le pas sur son activité de designer. «Je suis aujourd’hui à la tête d’une équipe de 16 employés», dit-elle. Et la réussite de son entreprise sur le continent américain ne fait que confirmer l’engouement pour cette nouvelle mode. Tattly collabore avec plus de 100 illustrateurs et ses créations se retrouvent entre autres à la boutique de luxe Colette à Paris ou à celle du MoMa de New York. «Une consécration», selon Tina Roth Eisenberg.

Pour Mélanie Blanc de «L’illustré», les deux Suisses ont flairé la bonne idée. «Ces nouveau bijoux de peau permettent aux consommateurs de tester un style sans trop prendre de risque et en plus à moindre coût.»
_______

Une version de cet article est parue dans le magazine L’Hebdo.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite