Publicité

à LA UNE

RECHERCHE
Une nouvelle révolution génétique
 
SCIENCES
Carence d’«Eurêka» au féminin
SUISSE
Pour vingt balles, t’as rien
 
SOCIETE
Toxicodépendance parentale: les enfants s’en sortent rarement indemnes
TRAVAIL
Les chefs d’entreprise face aux revendications religieuses
 
DESIGN
L’entreprise qui donne vie aux robots

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
INNOVATION
L’exode des start-up européennes
 2
PUBLICITE
La tentation du marketing honnête
3
SANTE
Alzheimer: le casse-tête des chercheurs
 4
SECURITE
A l’hôpital, les virus peuvent aussi être informatiques
5
SPORT
La start-up vaudoise qui s’invite sur les terrains de la NBA
 6
DESIGN
Le bois entre dans l’ère technologique

Réseaux sociaux
 

CULTURE

Commenter  Imprimer  Envoyer
evasionVENDREDI 30 OCTOBRE 2015
Les splendeurs infinies de l’Islande
Avec ses paysages sauvages à couper le souffle et ses aurores boréales, l’île nordique attire toujours plus de touristes, été comme hiver.
Par Céline Bilardo

Quand on traverse l’Islande, c’est d’abord le nez et les yeux collés aux vitres du 4×4 qui nous transporte: les étendues de sable noir, les champs lunaires qui se muent en quelques minutes à peine en terrains verdoyants et les cimes des montagnes recouvertes par endroit d’une couleur rouge vif…

La «terre de glace» offre des dizaines de tableaux d’une nature incroyable, magnifiée par les lumières changeantes de son ciel. Il y a ces cascades spectaculaires, ou encore ces lacs d’une eau pure que l’on découvre à quelques mètres loin de la route, en arpentant quelques chemins sauvages, faits de roches et de terre volcanique recouverte de mousse. On se laisse aisément à rêver et à s’imaginer au cœur d’un film, avec de la musique islandaise en bande originale.

On ne peut que s’émerveiller aussi devant le spectacle naturel des aurores boréales: un phénomène magique et lumineux que l’on peut apercevoir plus facilement l’hiver, au nord de la Norvège ou de la Finlande.

Depuis la crise économique de 2008, le pays a d’ailleurs misé sur le tourisme et la promotion de cette nature incroyable pour se relever. Bonne nouvelle: les hôtels et auberges se sont multipliés, les agences aussi. L’infrastructure touristique se développe de jour en jour afin d’accueillir les centaines de milliers de visiteurs annuels. Depuis 2011, le nombre de touristes croît de 20% chaque année. Rien qu’en 2014, près d’un million de curieux ont séjourné sur l’île. Un chiffre record pour la terre nordique qui ne dénombre que 320’000 habitants, et qui témoigne de l’engouement de ces dernières années pour les pays du Nord.

Les compagnies aériennes ont également suivi le mouvement. Plusieurs proposent désormais des vols directs pour la capitale, Reykjavik, toute l’année. La première compagnie nationale, Icelandair, vient également de lancer sa campagne #MyStopover avec la possibilité de faire escale en Islande jusqu’à sept jours à l’aller ou au retour d’un voyage pour une ville d’Amérique du Nord, sans frais supplémentaires sur son billet d’avion.

Afin de découvrir toute les pépites du territoire islandais, il est conseillé d’y voyager au moins deux semaines. La haute saison se situe du mois de juin à septembre, avant qu’un manteau de neige ne recouvre toute l’île.

Pour une escale de quelques jours, voici un tour d’horizon des activités et endroits à expérimenter, en été comme en hiver, non loin de la capitale. Direction le sud de l’île.

Un tour en quad
Amateurs de sensations fortes, le quad se révèle comme la meilleure introduction aux étendues islandaises. Il permet de sillonner le sol islandais en glissant sur ses plages de sable noir, en zigzagant sur des chemins rocheux peu balisés. Sur la route, on croise des épaves de bateaux échoués et des moutons. La combinaison vestimentaire orange vif, les bonnes chaussures et le casque ne deviennent qu’un détail. À tester au départ de Grindavík, dans un village de pêcheurs situé à moins d’une heure de l’aéroport de Keflavík. (www.4×4adventuresiceland.is)

Gullfoss et le Geysir
La chute d’or (Gullfoss) et le Geysir sont les deux lieux les plus touristiques mais non moins incontournables du sud de l’Islande. Gullfoss est la cascade la plus connue. Elle culmine à plus de 32 mètres de hauteur.

Le Geysir (qui a donné son nom au phénomène de geyser) se trouve à quelques kilomètres de cette chute, sur un site protégé. Il s’agit d’un cratère duquel une colonne d’eau de près de 20 mètres jaillit toutes les dix minutes environ. Sur le même site se trouve son cousin le Strokkur, -– le plus grand geyser du pays et qui se réveille lui, toutes les cinq minutes. L’eau qui en surgit peut-être brûlante, gare à ceux qui se tiendront trop près.

Ces «must-see» sont tous situés sur la boucle du «Cercle d’or», le nom touristique donné à un circuit d’environ 250 kilomètres, que l’on peut aisément parcourir en un jour depuis Reykjavik. Ce tour regroupe plusieurs sites mondialement connus.

Se relaxer au Secret Lagoon
Les Islandais adorent se baigner, que ce soit dans les piscines publiques, nombreuses dans la capitale, ou dans les bains thermaux. Le plus connus est le Blue Lagoon avec son eau laiteuse (car riche en silice). Une alternative plus intimiste, le Secret Lagoon, se trouve au cœur du parcours du Cercle d’Or. Il est plus petit et accueille davantage d’autochtones que de touristes. La température de l’eau oscille entre 36 et 40°C, selon la distance à laquelle on se tient des sources qui entourent le bassin. On peut également se promener au large du bain et observer plusieurs fumerolles.

Visiter une serre high-tech
De couleur orange vif, les serres d’Islande se distinguent de très loin. Chauffées uniquement grâce l’énergie géothermique, abondante sur cette île volcanique, on y cultive surtout des tomates et des concombres, impossibles à faire pousser à l’extérieur, dans le climat aride du pays. Plus de 370 tonnes sont produites par année dans la serre familiale Friðheimar, située près de la ville de Flúðir. Son propriétaire fait par ailleurs importer depuis les Pays-Bas plusieurs centaines d’abeilles pour polliniser ses plantes. Depuis 2008, le complexe est ouvert au public pour des visites. La famille d’agriculteurs y fait aujourd’hui déguster des Bloody Mary et des soupes de tomates de sa production.

Explorer la région de l’Hekla
Hekla est l’un des 35 volcans actifs d’Islande. Sa dernière éruption, en 2000, a recouvert ses versants d’un long manteau de sable noir. Par endroit, un peu de mousse y a poussé. Passer quelques heures autour du volcan, profiter des changements de lumières qui éclairent le paysage de mille façons, l’expérience en dépaysera plus d’un.

La vallée de Gjáin, toute proche, est à découvrir absolument: toute verte, elle apparaît comme un coin de paradis au milieu du désert. Plusieurs petites cascades se rejoignent et un long ruisseau d’une eau pure coule au milieu des grottes et des plantes de toutes les couleurs.

Marcher dans la réserve de Fjallabak
Le guide islandais Ingimundur Thór Thorsteinsson recommande vivement aux férus de randonnée de s’aventurer loin de la route principale d’Islande, qui forme un cercle le long de l’île. Il est possible de réaliser, toujours dans le sud, plusieurs treks au cœur du pays. Une région inhabitée et encore peu explorée, comme la réserve naturelle et sauvage de Fjallabak, se parcoure en plusieurs jours à pieds par la route nord (nyrðra), la plus facile d’accès. Le Camping est autorisé uniquement sur le site dédié de Landmannalaugar.
_______
INFOS PRATIQUES

Comment y aller
La compagnie aérienne Icelandair propose deux vols directs par semaine au départ de Genève et Zurich, de mai à septembre. Des vols directs quotidiens partent de l’aéroport de Paris (CDG) toute l’année. Quatre heures de vol.

À partir de 483 CHF par personne pour un vol aller-retour Genève - Reykjavik*. À partir de 837 CHF par personne pour le vol aller-retour Genève-New York via Reykjavík* (*hors promotion spéciale).

Comment se déplacer
L’agence Iceland Travel propose plusieurs forfaits de location de voitures (4×4) ou de car privés (accompagné ou non). Se renseigner sur les pistes praticables et autorisées.
www.icelandtravel.is

Où dormir
L’offre en hôtels n’est pas encore très dense mais le parc s’agrandit rapidement. Des hôtels cinq étoiles sont notamment en construction près du Cercle d’or.

Recommandation près d’Hekla: Hôtel Stracta, à partir de 150 CHF la nuit pour une personne seule, 190 CHF pour deux durant la haute saison.
www.stractahotels.is

Où manger
Prendre un repas léger dans la serre familiale Friðheimar
www.fridheimar.is

La ferme Efsti-Dalur, près du Cercle d’or, sert de délicieux burgers.
www.efstidalur.is

A Reykjavik:
Il faut goûter la soupe aux asperges du restaurant Höfnin, sur les quais du port ainsi que son loup de mer tacheté.
www.hofnin.is

Le Grill Market, caché dans la rue commerciale de Laekjargata, propose un menu dégustation gourmand (baleine et macareux – qui est un oiseau local célèbre) à 75 CHF par personne.
www.grillmarkadurinn.is
_______

Ce voyage a été rendu possible grâce à la compagnie aérienne Icelandair.

Une version de cet article est parue dans le magazine L’Hebdo.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite