Publicité

à LA UNE

RECHERCHE
Une nouvelle révolution génétique
 
SCIENCES
Carence d’«Eurêka» au féminin
SUISSE
Pour vingt balles, t’as rien
 
SOCIETE
Toxicodépendance parentale: les enfants s’en sortent rarement indemnes
TRAVAIL
Les chefs d’entreprise face aux revendications religieuses
 
DESIGN
L’entreprise qui donne vie aux robots

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
INNOVATION
L’exode des start-up européennes
 2
PUBLICITE
La tentation du marketing honnête
3
SANTE
Alzheimer: le casse-tête des chercheurs
 4
SECURITE
A l’hôpital, les virus peuvent aussi être informatiques
5
SPORT
La start-up vaudoise qui s’invite sur les terrains de la NBA
 6
DESIGN
Le bois entre dans l’ère technologique

Réseaux sociaux
 

LATITUDES

Commenter  Imprimer  Envoyer
sportJEUDI 14 JUILLET 2016
Escalade: le guide de l’amateur éclairé
Où trouver les meilleurs sites de grimpe en Suisse romande et comment s’y prendre pour limiter les risques? Deux guides de montagne livrent leurs conseils.
Par William Türler

Certains amateurs de randonnées auraient plaisir à pimenter leurs sorties en plein air en s’essayant à la grimpe. Mais où trouver les lieux les plus appropriés et comment limiter les risques? Que faut-il prendre avec soi? Pour répondre à ces questions, François Roduit, guide de montagne basé à Martigny, a lancé une application gratuite très pratique et facile d’usage: «Les carnets d’escalade». Elle recense une quarantaine de sites sur Vaud et en Valais. On peut y obtenir une multitude d’informations concernant l’emplacement, l’accès, la fréquentation, le niveau de difficulté, la durée de marche, le type de roche ou l’équipement nécessaire.

«On ne trouve pas vraiment de sites pour débutants, raison pour laquelle les murs d’escalade ne désemplissent pas», dit-il. Néanmoins, parmi les sites de grimpe présentant un niveau abordable, il mentionne la Pierre du Moëllé (Leysin, VD), Chemin-Dessus (près de Martigny, VS), Château Roc (Champex, VS) ou Fully-Mazembroz (Fully, VS). Afin d’éviter tout accident grave, le guide valaisan recommande de s’adresser au préalable à l’association Plan vertical. Active sur Vaud et en Valais, elle remet à neuf les anciennes voies d’escalade, soutient la branche et fournit diverses informations concernant l’équipement ou le rééquipement. En matière de formation, François Roduit propose ses propres cours (www.grimperdemain.ch), tout comme d’autres guides et moniteurs tels que Jean-Pierre Rieben (www.montagneguidance.ch) en Valais ou Vincent Hentsch (www.mouskif.ch) sur Vaud.

De son côté, Pierre Mathey, président de l’Association suisse des guides de montagne, recommande tout d’abord un «grand classique chablaisien»: le site de Dorénaz. Situé en plaine et disposant d’un parking au pied des voies, il est très bien équipé, y compris dans les alentours pour faire une pause ou un pique-nique. «Ce site est très fréquenté, ce qui offre l’avantage de ne pas se retrouver seul, voire de se faire conseiller ou aider.» Un peu plus aventureuse et alpine, la Pierre, située à 2’400 mètres, est accessible à pied depuis la Croix-de-Cœur (Savoleyres-Verbier, VS). «Equipé comme un jardin d’escalade, ce site offre un cadre montagneux avec la combinaison de la marche et de la grimpe, ainsi qu’une vue imprenable sur la plaine du Rhône», ajoute le guide.

S’entraîner en salle

À l’attention des débutants, il recommande la halle d’escalade Vertic-Halle à Saxon, «idéale pour apprendre, se faire conseiller et s’entraîner par tous les temps». Pour lui, même si le charme et les sensations de l’escalade font défaut, la grimpe indoor est aujourd’hui devenue incontournable. Il est par ailleurs possible de pratiquer dans ces salles l’escalade classique, mais aussi le bloc (grimpe sans matériel technique mais avec chausson d’escalade).

Pour une initiation et une demi-journée d’activité à la via ferrata, Pierre Mathey conseille le parcours de Champéry (VS). Très bien marqué, ce dernier s’adresse à toutes les personnes équipées de chaussures de marche, d’un casque et d’un baudrier avec deux «longes» en corde dynamiques spécifiques pour via ferrata. Il recommande de ne pas sous-estimer l’engagement physique et technique en lien avec ce type de parcours: «Comme pour l’escalade, une information, voire une formation préalable pour l’utilisation du matériel se révèle indispensable», prévient-il. Avant de se lancer non-accompagné par un professionnel dans une via ferrata, il conseille aux novices de débuter par un parcours accrobranches ou parc-aventures.

En résumé, pour ce spécialiste, les personnes souhaitant pratiquer l’escalade doivent impérativement être équipées (baudriers, casque, mousquetons, cordes, chaussons d’escalade), connaître leur matériel et surtout savoir l’utiliser ou, si tel n’est pas le cas, se faire accompagner et former par un professionnel (guide de montagne ou professeur d’escalade). «Bien que ludique et facile d’accès, l’escalade est une activité sportive et technique, souligne Pierre Mathey. Tout un chacun doit connaître son matériel et savoir l’utiliser correctement. La plupart des accidents sont dus à une mauvaise utilisation de l’équipement ou à des manipulations erronées des cordes et des assurages.»
_______

Une version de cet article est parue dans le magazine L’Hebdo.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite