Publicité

à LA UNE

MUSIQUE
Architecture de concert
 
SUISSE
Quand l'intelligence fait rage
ART
La culture sous la lune
 
EUROPE
Discuter des algorithmes
EMPLOI
Le travail de nuit néfaste pour la santé
 
SUISSE
Sus à la pédagogophobie!

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
EMPLOI
Le travail de nuit néfaste pour la santé
 2
INNOVATION
L’Europe, berceau de l’intelligence artificielle
3
SUISSE
Sainte Vierge!
 4
ALIMENTATION
Au restaurant d’entreprise, la malbouffe appartient au passé
5
DESIGN
Le match des meubles en ligne
 6
ASTRONOMIE
La couleur de la nuit

Réseaux sociaux
 

GLOCAL

Commenter  Imprimer  Envoyer
europeJEUDI 03 NOVEMBRE 2016
Gagner les élections avec la science
Les candidats qui soutiennent la recherche partiront avec une longueur d'avance sur leurs concurrents.
Par Pierre Grosjean

Des élections majeures se tiendront dans plusieurs pays européens en 2017, notamment en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. Dans tous les partis, les candidats préparent leurs arguments de campagne et jusqu’ici, on ne peut pas dire que la science soit au centre des débats. Les formations politiques préfèrent se focaliser sur les sujets liés à l’actualité, à la cohabitation des cultures ou aux réponses à apporter à la menace terroriste. La population a besoin d’être rassurée et les politiciens savent bien qu’on ne gagne pas une élection en défendant le soutien à la recherche.

Et pourtant… Le candidat qui déciderait de se positionner sur le terrain de la science aurait quelques arguments percutants à faire valoir. Tout d’abord parce que c’est seulement dans les laboratoires que l’on trouvera des solutions aux défis en matière de santé, d’environnement ou de mobilité. Des traitements plus efficaces contre le cancer, un air moins pollué dans nos villes, des déplacements plus fluides… Ces perspectives ne suffisent peut-être pas à mobiliser les foules, mais elles font écho aux préoccupations quotidiennes, voire intimes, de nombreux citoyens.

Le candidat qui placera le soutien à la recherche dans son programme bénéficiera, en plus, d’un bonus de crédibilité face à ses rivaux. Dans tous les pays européens, et également aux Etats-Unis, une part importante de l’électorat s’inquiète en effet de voir l’émotion prendre si souvent le pas sur la raison dans le débat public.

Des politiciens cèdent à la tentation populiste en simplifiant les enjeux et en dénigrant les experts, les faisant passer pour des technocrates, voire des imposteurs. Ils parviennent ainsi à séduire une partie de l’opinion, mais une partie seulement. La majorité des électeurs sait bien que l’habileté oratoire ne remplace pas la compétence.

En Allemagne, en France, aux Pays-Bas, mais aussi en Norvège, en Hongrie, en République tchèque ou encore en Slovénie, les élections majeures qui s’annoncent pour 2017 permettront ainsi aux candidats de montrer quels dossiers ils maîtrisent réellement. Ceux qui se placeront du côté des scientifiques, dans le camp de la raison, et qui sauront ramener le débat sur le plan factuel disposeront d’un avantage d’autorité sur leurs concurrents populistes.

Mais comme toujours, ce sera surtout la qualité des arguments économiques qui pourra faire pencher la balance. A droite comme à gauche, de nombreuses formations insistent sur l’importance d’encourager l’innovation pour assurer la croissance et créer les emplois de demain. Elles ont évidemment raison. Mais elles pourraient faire un pas supplémentaire en défendant la recherche au sens large, y compris la recherche fondamentale, car c’est souvent dans son sillage que se multiplient les start-up.

L’innovation ne naît pas de l’intuition géniale d’un individu isolé. Elle a besoin d’échanges d’idées, de collaborations, de réseaux de financement et d’un terreau favorable à la prise de risque. Les candidats qui souhaitent améliorer la compétitivité de leur région ou de leur pays ont donc tout avantage à se placer résolument du côté des chercheurs. Ils gagneront en efficacité et bénéficieront en plus d’un transfert d’image positif. Car la recherche européenne, c’est un formidable réservoir d’histoires humaines faites de défis, d’échecs et de persévérance qui aboutissent à des innovations concrètes. Des histoires enthousiasmantes qui peuvent dynamiser une campagne et renvoyer dans les cordes les déclinistes et les démagogues.
_______

Une version de cet éditorial est parue dans le magazine Technologist (no 10).

Pour souscrire un abonnement à Technologist au prix de CHF 45.- (42 euros) pour 8 numéros, rendez-vous sur technologist.eu.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite