Publicité

à LA UNE

HISTOIRE
Le mythe du nombre d'or
 
SECURITE
Comment la blockchain fait évoluer la notion de confiance
SCIENCES
Le bruit meurtrier des zones urbaines
 
INNOVATION
Le maillon fort de la lutte cybersécuritaire
INNOVATION
L'Europe accélère
 
HANDICAP
Autisme: un lien étroit aux chiffres

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
ENTREPRENARIAT
Innover, un enjeu mondial
 2
SOCIETE
La nouvelle ère de l’e-notation
3
RESEAUX
Rotary, Lions Club: derrière la philanthropie, le réseautage
 4
SUISSE
Fort de Cassis
5
INNOVATION
Sciences humaines: pourvoyeuses de travail à haut potentiel
 6
INNOVATION
L’intelligence artificielle exploite la richesse du son

Réseaux sociaux
 

TECHNOPHILE

Commenter  Imprimer  Envoyer
interdisciplinariteMARDI 08 NOVEMBRE 2016
Labos sans frontières
Des designers travaillant avec des biologistes et des ingénieurs: une collaboration encore inhabituelle il y a peu est aujourd’hui au cœur de la science en Europe.
Par Robert Gloy

Les chercheurs sont aujourd’hui incités à collaborer au-delà des disciplines pour obtenir un financement de la part des programmes de l’Union européenne tels que Horizon 2020. «Au début des années 2000, nous essayions d’inclure deux ou trois disciplines à nos projets, se souvient Thomas Linner, de la chaire de réalisation et de robotique de la construction de la Technische Universität München. Aujourd’hui, nous en intégrons jusqu’à sept.» Ce chercheur met actuellement en place le projet «Reach» avec ses collègues de cinq autres universités, dont la Danmarks Tekniske Universitet, l’Université technique d’Eindhoven et l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

Au moyen de capteurs corporels et d’analyse de données en temps réel, Reach veut prévenir les problèmes de santé chez les personnes âgées. Avec la participation additionnelle de partenaires de l’industrie et de la santé, les chercheurs doivent harmoniser jusqu’à 17 domaines de connaissance. «Faire collaborer des ingénieurs et des professionnels de la santé représente un vrai défi», souligne-t-il. Selon lui, le projet lancé en 2016 nécessitera encore une année de transition jusqu’à ce que la collaboration se déroule sans accrocs.

La fin de la maison d’édition «toute puissante»

Le Media Lab du Massachusetts Institute of Technology se consacre à des projets collaboratifs depuis 1985. Son Center for Extreme Bionics réunit des ingénieurs, biologistes et neuroscientifiques autour de la thématique de la mobilité réduite liée à des traumatismes ou maladies. En 2014, le directeur du Media Lab, Joi Ito, écrivait: «Alors que nous faisons face à des problèmes de plus en plus complexes et aux facettes multiples, le cloisonnement des disciplines devient un obstacle croissant.» L’an dernier, le laboratoire a lancé le Journal of Design and Science, une publication qui fait le lien entre science, art, design et ingénierie au sein d’un «espace antidisciplinaire».

Selon Thomas Linner, la recherche américaine est un modèle tant en matière de collaboration interdisciplinaire que d’approche entrepreneuriale. «On remarque que la collaboration avec l’industrie au début des projets se développe désormais aussi en Europe. La science est de plus en plus orientée vers des applications concrètes. Avec Reach, nous voulons créer des dispositifs qui donneront à nos partenaires industriels une position de leader sur le marché.» «Se déployer ou mourir», pour reprendre les termes de Joi Ito.
_______

Une version de cet article est parue dans le magazine Technologist (no 10).

Pour souscrire un abonnement à Technologist au prix de CHF 45.- (42 euros) pour 8 numéros, rendez-vous sur technologist.eu.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite