Publicité

à LA UNE

INNOVATION
L’Europe, berceau de l’intelligence artificielle
 
ENTREPRISE
Les PME méconnues du négoce
SUISSE
Sans peur, mais avec reproche
 
SCIENCES
L’alimentation sous la loupe des chercheurs
MARKETING
Tourisme: engouement pour les étoiles
 
INNOVATION
Medtech et biotech résistent au franc fort

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
PRESSE
Les leçons du Washington Post
 2
SANTE
Des parents de plus en plus épuisés
3
SUISSE
Se débarrasser d'Oskar, ou la quadrature du cercle
 4
ZOOM
Start-up, la méthode russe
5
ENTREPRISE
Ces Français qui choisissent la Suisse pour lancer leur société
 6
DURABILITE
Le marché florissant des aliments périmés

Réseaux sociaux
 

TECHNOPHILE

Commenter  Imprimer  Envoyer
designLUNDI 14 NOVEMBRE 2016
Le mobilier s’imprime en 3D
Des objets de décoration sur mesure sont aujourd’hui disponibles à prix abordable grâce à l’impression 3D. Voici comment y accéder.
Par Julien Calligaro

Un casier à bouteilles blanc, un vase strié bleu foncé, ou encore une chaise de salon jaune. Ces objets n’ont pas été achetés dans un magasin d’ameublement, ni chinés dans une brocante. Ils ont été créés par «Galatéa», une imprimante 3D géante mesurant 2,55 mètres de haut. Grâce à elle, la start-up française Drawn propose une gamme de mobilier personnalisable. «Nos clients peuvent choisir la couleur, la forme et les dimensions de l’objet», précise le fondateur Sylvain Charpiot. Le prix d’un tel travail varie en fonction de la taille et de la complexité de la réalisation: environ 50 euros pour l’impression d’un vase et à partir de 300 euros pour une chaise.

Comment procéder? Après avoir modélisé l’objet de leur choix grâce à un logiciel, les clients envoient le fichier numérique à l’entreprise et «Galatéa» se charge du reste. L’imprimante 3D transforme du broyat ou des granules de plastique en filaments chauds: c’est par la superposition de couches de fil que l’objet va prendre forme.

L’impression 3D a déjà bouleversé de multiples secteurs, tels que l’industrie médicale, aérospatiale, automobile, ou encore la bijouterie. Le marché créé grâce à cette nouvelle technologie, que certains n’hésitent pas à qualifier de «quatrième révolution industrielle», est en pleine croissance: sa valeur s’élevait à 1,6 milliard de dollars en 2015 et atteindra 14,6 milliards de dollars en 2019, selon une prévision de l’entreprise de conseil et de recherche Gartner.

Pièces de designers

Le design d’intérieur est à présent toujours plus concerné. Outre des start-up telles que Drawn, des acteurs spécialisés dans ce nouveau secteur émergent: Pierre-Alexandre Aeschlimann, basé à Lutry dans le canton de Vaud, en fait partie. Il a fondé en 2013 Cuboyo, une plateforme qui propose une série d’objets 3D conçus par des designers à imprimer soi-même. «Tout le monde n’est pas capable de modéliser un objet en 3D, explique-t-il. Mon site propose une série de pièces conçues par des designers.» Le prix à payer? Quelques dizaines de francs pour de très petites réalisations jusqu’à plusieurs centaines pour des pièces de la taille d’un vase. D’autres sites internet proposent eux aussi des fichiers d’objets à télécharger, tels que shapeways.com.

Reste à acquérir une imprimante 3D. «Les coûts ont beaucoup baissé, assure Pierre-Alexandre Aeschlimann. On trouve des modèles très simples d’utilisation pour quelques centaines de francs sur internet. Les appareils les plus sophistiqués peuvent par contre monter jusqu’à plusieurs millions de francs.» Pour cet ingénieur de formation, l’impression en trois dimensions possède un avantage de taille: la personnalisation. «Aujourd’hui, customiser ses objets design est un ‘luxe abordable’, affirme-t-il. Cela permet aussi d’élargir les possibilités de création.»

Ceux qui ne souhaitent pas acheter un tel appareil peuvent se rendre dans un des quelques «fablabs» de Suisse: ces ateliers mettent à disposition des imprimantes 3D notamment. Autre solution: visiter un copy shop spécialisé, comme 3D-Model à Zurich. Grâce à un dessin ou à un scanner 3D, un spécialiste élabore un fichier correspondant et lance l’impression. Le prix d’un abat-jour sur mesure s’élève à environ 1’000 francs. Selon Christiane Fimpel, la fondatrice du lieu, l’impression 3D va plus loin que la simple création: «Beaucoup de personnes utilisent ce procédé pour fabriquer des pièces de rechange qui ne sont plus disponibles en magasin.» A Sylvain Charpiot de Drawn de souligner l’aspect écologique de cette technique: «Les objets sont produits localement et peuvent être recyclés pour en fabriquer d’autres.»
_______

CARNET D’ADRESSES

www.cuboyo.com
Un catalogue d’objets 3D à télécharger, puis à imprimer avec son propre appareil.

www.tinkercad.com
Un site qui permet de modéliser soi-même les articles que l’on souhaite imprimer.

www.shapeways.com
Pour envoyer des fichiers numériques pour impression dans divers matériaux ou acheter des objets conçus par des artistes.

www.drawn-shop.com
Un service d’impression 3D de mobilier et de pièces de grandes dimensions.

www.i.materialise.com
Pour commander un objet imprimé en 3D sur la base de son propre fichier numérique ou élaboré par un designer.
_______

Une version de cet article est parue dans le magazine FLAT (no 1).

Pour souscrire un abonnement à FLAT au prix de CHF 30.- (30 euros) pour 8 numéros, rendez-vous sur flatmagazine.ch.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite