Publicité

à LA UNE

PORTRAITS
Un rapport individualisé à la nuit
 
INNOVATION
L’intelligence artificielle, une promesse à double tranchant
SUISSE
Les rois de la contradiction
 
ENTREPRISE
Et si vous sous-traitiez la gestion de vos réseaux sociaux?
PRECARITE
La vie nocturne des sans-abri
 
METEORE
Un nouveau journal en images dans les kiosques suisses

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
ENTREPRISE
Ras-le-bol d'être chef
 2
METEORE
Un nouveau journal en images dans les kiosques suisses
3
REPORTAGE
Un petit Portugal à l’ombre du Cervin
 4
INTERVIEW
«Je déteste les magasins de meubles»
5
ENTREPRISE
Des logiciels pour traquer les employés
 6
RECHERCHE
Des machines aux petits soins

Réseaux sociaux
 

LATITUDES

Commenter  Imprimer  Envoyer
reportageMERCREDI 25 JANVIER 2017
Un petit Portugal à l’ombre du Cervin
Dans le village haut-valaisan de Täsch, où les employés de l’industrie touristique de Zermatt viennent chercher des logements aux loyers abordables, près de la moitié des habitants sont portugais.
Par Sophie Gaitzsch

Bruno Mauricio se tient prêt bien avant le coup d’envoi. Installé à la meilleure table du café Dolce Bella, il arbore une écharpe de supporter rouge vif. En ce dimanche soir de décembre, il est venu soutenir le Benfica Lisbonne, qui affronte l’autre grand club de football de la capitale, le Sporting. «Ici, presque tout le monde soutient le Benfica», s’enthousiasme-t-il entre deux cigarettes. Dans ce troquet 100% portugais, où la Superbock coule à flots, on oublierait presque que l’on se trouve à Täsch, petit village valaisan situé à 1450 mètres d’altitude. Seul le mobilier de style chalet et un tableau du Cervin, vestiges d’un autre temps, viennent rappeler qu’il faut sinuer entre les raccards pour atteindre le Dolce Bella et que, dehors, la température a largement chuté sous zéro degré.

Près de la moitié des 1200 habitants de Täsch sont originaires du Portugal. Ce rassemblement ibérique au cœur des Alpes trouve son explication à cinq kilomètres en amont: Zermatt. La station sans voitures, qui attire les touristes du monde entier et totalise 2 millions de nuitées annuelles, compte 110 hôtels et plus de 150 restaurants. C’est aussi le terminus de l’emblématique petit train rouge du Matterhorn-Gotthard Bahn — le plus propre du monde, dit-on — qui transporte 2,5 millions de passagers par an. En coulisse, des centaines de travailleurs s’affairent pour faire fonctionner cette mécanique parfaitement huilée. Les Italiens, qui occupaient initialement ces emplois, ont été peu à peu remplacés par les petites mains portugaises, une tendance qui s’est encore accélérée depuis le début de la crise européenne.

Lieu de passage

Mi-temps. Bruno Mauricio et ses amis ont le sourire: le Benfica mène un à zéro. Le trentenaire explique dans un français parfait qu’il a choisi de s’installer à Täsch car les loyers y sont environ deux fois moins élevés qu’à Zermatt. «C’est aussi plus calme, un meilleur environnement pour ma fille de quatre ans.» Originaire de la ville portuaire d’Aveiro, à 70 kilomètres de Porto, l’ancien vendeur en informatique au contact facile est arrivé en 2008 pour suivre sa femme, Ana. «Elle venait de perdre son travail dans le milieu bancaire. Elle s’est inscrite dans une agence qui lui a proposé une semaine plus tard un poste de femme de chambre à Zermatt. Et nous sommes partis.» Le jeune homme commence comme portier de nuit, avant de gravir les échelons pour devenir concierge au Mont Cervin Palace. Dans ce poste prestigieux, qu’il a décroché en maîtrisant six langues, il se charge d’organiser les déplacements des clients de l’hôtel, leurs sorties à ski, au restaurant, ou encore leurs achats.

Aujourd’hui, Bruno Mauricio se sent à la maison dans les montagnes valaisannes et imagine y passer sa vie. Il a acheté une voiture. Sa fille va au jardin d’enfant. Et les contacts avec les Suisses? «On se connaît, on se parle, tout se passe bien.» Ce soir, un seul représentant valaisan, le retraité Joe Lauber, a fait le déplacement. Il sirote un verre de vin blanc au bar et échange quelques mots avec un groupe de jeunes supporters assis à ses côtés. Le coup de sifflet final assure la victoire deux à un du Benfica. La cinquantaine de clients exulte. La patronne, Sandra Sousa, débouche quelques bouteilles de vin rosé Mateus. Si Joe Lauber vient ici, c’est pour l’ambiance: «Ailleurs, il ne se passe rien.»

Il est vrai que Täsch n’a pas grand-chose à offrir. Le lendemain matin, alors que les travailleurs ont rejoint Zermatt, les rues sont désertes. Dans ce coin encaissé au fond de la vallée, pas de vue sur le Cervin ni de domaine skiable. La plupart des visiteurs ne s’arrêtent que brièvement pour déposer leur voiture dans l’énorme parking couvert qui peut accueillir 2’100 véhicules, avant de monter dans la navette pour Zermatt. Aux abords de la gare, quelques hôtels proposent des chambres bon marché, où une poignée de touristes semblent s’être égarés. Avec son église typique et ses chalets anciens, le centre du village est certes joli, mais ne peut rivaliser avec les perles de la région.

Potagers et bacalhau

La communauté portugaise a insufflé un peu de vie dans cette localité dont elle a fait progresser la population d’un tiers en une décennie. Sans ostentation, sans drapeaux aux fenêtres, comme pour ne pas heurter les sensibilités locales. En cette période de l’Avent, seule l’exubérance d’une gigantesque crèche animée, installée devant le petit chalet de Luisa da Silva et de son mari Lee, détonne dans le paysage.

Les immigrés sont souvent de jeunes gens qui, face à l’absence de perspectives à la fin de leur formation, ont rejoint ici une sœur ou un cousin. Soraia Rodrigues, 28 ans, fait partie de ceux qui donnent un coup de jeune à Täsch. Elle se rêvait journaliste sportive. La destinée économique de son pays en a voulu autrement. Il y a six ans, à la fin de ses études de lettres, la jeune fille originaire de Lisbonne suit son ami à Zermatt où elle décroche un emploi de femme de chambre. Leur histoire prend fin quelques années plus tard. Il rentre, elle reste. Aujourd’hui, elle tient 45 heures par semaine la réception et le service à l’hôtel Alpenhotel, à Täsch, pour 3000 francs par mois. «C’est bien plus que les 600 ou 650 euros que je gagnerais pour un travail similaire au Portugal. Cela me permet d’aider un peu ma famille. Et j’adore mon travail, parler différentes langues, être au contact des gens!»

Ce souffle venu du Sud se constate à l’épicerie, qui vend désormais des produits portugais: bacalhau congelé, pâtisseries, vins ou encore liquide pour la vaisselle. Les nouveaux arrivants ont aussi apporté leurs fêtes traditionnelles, recommencé à cultiver les jardins et les potagers laissés en friche, alimenté les rangs de la fanfare locale et mis en place une messe hebdomadaire en portugais. L’école, flambant neuve, témoigne également de cette dynamique. Aujourd’hui, les trois quarts des 70 élèves sont originaires du Portugal.

Une préposée à l’intégration

Attablé devant un café au restaurant Walliserkanne, José Lourenço, le plus ancien habitant portugais de Täsch, observe que l’augmentation du nombre de contribuables a une influence positive sur les finances de la commune. «Cela lui donne plus de moyens pour améliorer ses infrastructures.» Arrivé en 1983 de Castro Daire, à l’âge de 18 ans, ce père de trois enfants, marié à une Suissesse, dirige la branche locale de l’entreprise en charge du ramassage et du recyclage des déchets. Il semble être apprécié de tous, connaît le village comme sa poche, ses légendes, ses habitants et leurs histoires. En riant, il se décrit comme un caméléon, qui peut se fondre aussi bien parmi les Haut-valaisans que parmi les Portugais. Alors, les deux communautés cohabitent-elle de manière harmonieuse? «C’est difficile. De nombreux Portugais vivent, mangent, achètent comme à la maison, et préfèrent rester entre eux. D’autres font des efforts, mais ne se sentent pas les bienvenus. Certains Suisses pensent que c’en est trop. Le fait de voir de plus en plus de Portugais acheter et construire des maisons ces dernières années a soulevé beaucoup de craintes. Pour résumer la situation, les Portugais se plaignent que les Suisses ne les saluent pas, et les Suisses se plaignent que les Portugais ne les saluent pas!»

En 2009, la commune de Täsch s’est dotée d’un préposé à l’intégration. Eva Jenni, élue hors parti au conseil municipal, occupe le poste depuis début 2015. Elle veille à l’offre de cours d’allemand, informe les nouveaux arrivants sur le fonctionnement du village et les oriente vers les bons services en cas de problèmes d’argent ou d’assurances sociales. «Ma mission consiste aussi à construire des ponts, à sensibiliser les étrangers, mais aussi les Suisses», explique-t-elle en berçant son fils de dix mois qui l’accompagne ce jour-là. Lucernoise, la jeune femme se souvient qu’elle a également dû batailler pour faire oublier son étiquette d’«Üsserschwiizerin», de «Suissesse de l’extérieur», pour reprendre le qualificatif que les locaux utilisent pour désigner les habitants des autres cantons.

La soudaine augmentation du nombre de ressortissants portugais ces dernières années représente un challenge pour la mairie. «Lorsqu’une communauté étrangère atteint cette importance, elle n’est plus encouragée à s’intégrer, poursuit la jeune femme. Le défi principal, c’est la langue et le fait que certains résidents portugais ne voient pas l’intérêt de l’apprendre.» Dans l’industrie touristique de Zermatt, l’italien s’est imposé depuis longtemps comme lingua franca, plus facile pour tout le monde, ce qui n’arrange pas l’affaire d’Eva Jenni. «Ils peuvent s’en sortir au quotidien sans parler allemand. Le décalage devient manifeste quand leurs enfants entrent à l’école et qu’ils ne parviennent pas à communiquer avec les enseignants sans un interprète.» Les enfants, en revanche, s’adaptent facilement au moment de leur entrée en classe, où l’allemand est la règle. «Au final, j’aime rappeler que le village compte en tout trente nationalités différentes et que l’on y vit bien, avec parfois des tensions, mais jamais de violence.»

Les ingrédients sont-ils réunis pour que cette fable alpine se poursuive sur une note positive? Nicole Lauber, blonde quadragénaire qui travaille aux guichets de la gare, incarne le fait que la méfiance peut s’estomper. Son ami est portugais. Et même si elle s’interroge sur la capacité du village à accueillir davantage de travailleurs immigrés dans les mois et les années à venir, elle fréquente les fêtes de ces nouveaux voisins, suit leur championnat de foot, a appris quelques mots de leur langue. «Aujourd’hui, seules les personnes âgées ont encore de la peine à s’y faire. Pour moi, c’est tip top.»
_______

Une version de cet article est parue dans le magazine L’Hebdo.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite