Publicité

à LA UNE

SCIENCES
Carence d’«Eurêka» au féminin
 
SUISSE
Pour vingt balles, t’as rien
SOCIETE
Toxicodépendance parentale: les enfants s’en sortent rarement indemnes
 
TRAVAIL
Les chefs d’entreprise face aux revendications religieuses
DESIGN
L’entreprise qui donne vie aux robots
 
SUISSE
La démocratie barbe à papa

AFFAIRES à Suivre
SUISSE  PARU DANS REFLEX
PARU DANS L'HEBDO  INNOVATION
INVESTIR  PARU DANS HéMISPHèRES

LES PLUS LUS depuis un mois
1
INNOVATION
L’exode des start-up européennes
 2
PUBLICITE
La tentation du marketing honnête
3
SANTE
Alzheimer: le casse-tête des chercheurs
 4
SECURITE
A l’hôpital, les virus peuvent aussi être informatiques
5
MUSIQUE
Architecture de concert
 6
SPORT
La start-up vaudoise qui s’invite sur les terrains de la NBA

Réseaux sociaux
 

TECHNOPHILE

Commenter  Imprimer  Envoyer
politiqueMARDI 11 AVRIL 2017
Guider les citoyens en douceur
L'incitation discrète, ou le «nudge», démontre aujourd'hui son potentiel pour la mise en œuvre de politiques publiques.
Par Paula Dupraz-Dobias

Un «nudge» est un coup de pouce — parfois si subtil que la personne visée ne le remarque pas. La pratique a été reconnue par le monde universitaire en 2008 avec la publication de Nudge, La méthode douce pour inspirer la bonne décision par Richard Thaler et Cass Sunstein, professeurs à l’Université de Chicago. Depuis, des équipes de chercheurs en sciences du comportement ont fleuri dans plusieurs pays, notamment en Europe du Nord.

La Behavioural Insights Team britannique, ou «nudge unit», créée en 2010 par le premier ministre David Cameron, a lancé une centaine d’initiatives avec la quasi-totalité des ministères. Selon le rapport 2015–16, cette équipe a réussi à diminuer la résistance bactérienne de la population en incitant les médecins britanniques à réduire leurs prescriptions d’antibiotiques. Ils ont aussi diminué les retards de paiements d’impôts en notifiant les contribuables de manière différente.

Au Danemark, l’équipe iNudgeyou dirigée par Katrine Lund Skov a géré un supermarché l’an dernier, en plein débat national sur la responsabilité de la grande distribution face aux mauvaises habitudes alimentaires.

En remaniant la présentation des produits et en leur ajoutant des labels — vert: sain, rouge: malsain — les ventes de fruits et légumes ont augmenté d’un quart, tandis que celles des boissons gazeuses, chips et bières ont baissé de 15%. Cette initiative du Ministère de l’alimentation danois a par la suite été adoptée par Coop, une enseigne locale.

Pourtant, l’impact de ces mesures comportementales demeure limité. L’équipe britannique estime les économies possibles grâce au nudging à quelques centaines de millions de livres sterling, une goutte d’eau par rapport aux 20 milliards de livres de coupes budgétaires prévues dans le domaine des services publics ces trois prochaines années.

Si quelques voix se sont élevées en Europe contre les dérives du nudge, Katrine Lund Skov affirme cependant que ces craintes sont en recul. Beaucoup de pays «veulent s’assurer que leurs citoyens sont à l’aise» avec le mouvement. Elle ajoute: «Chaque nudge sera évalué au cas par cas en termes d’éthique et de manipulation.»
_______

Une version de cet article est parue dans le magazine Technologist (no 11).

Pour souscrire un abonnement à Technologist au prix de CHF 45.- (42 euros) pour 8 numéros, rendez-vous sur technologist.eu.



Commentaires via Facebook



  

© 1999 - 2017 Largeur.com, toute reproduction interdite